4/19/2020
2020-04-19T22:07:00+02:00 Blog

L'intelligence artificielle et le marché du travail : s'inquiéter ou s'exciter

Auteur : Actualité industrie  | Date : avril 19, 2020  | Catégories :        

Le monde est en plein cœur d'une quatrième révolution industrielle qui fusionne les progrès de l'intelligence artificielle, de la robotique, de l'internet des objets, de l'impression 3D, du génie génétique, de l'informatique quantique et d'autres technologies pour apporter d'énormes améliorations en termes de performances et de productivité. La grande question est de savoir si l'intelligence artificielle aura un impact global positif ou négatif sur le marché du travail. Pour mieux comprendre cette question, nous devons nous pencher sur l'histoire.


Le controle d'un robot

Retour sur l'histoire de l'automatisation et son impact sur l'emploi avant l'IA

La première révolution industrielle a été associée à la naissance de la machine à vapeur au 18ème siècle, grâce à laquelle la production a pu être mécanisée.

La deuxième révolution industrielle, au 19ème siècle, fut déclenchée par l'électricité et l'application de principes scientifiques, ce qui a conduit à la poussée de la production de masse. Les ingénieurs industriels concevaient des processus de production, et les ouvriers d'usine exécutaient les tâches planifiées à l'avance, généralement sur une chaîne de montage. Les travaux des artisans étaient en effet décomposés en tâches standardisées qui pouvaient être exécutées par des opérateurs moyennement qualifiés.

Au début de la troisième révolution industrielle, les machines informatiques ont fait leur apparition dans les années 1950. Cette évolution a conduit à une automatisation plus poussée de la fabrication grâce à la conception assistée par ordinateur (CAO), à la fabrication assistée par ordinateur (FAO) et à l'application de la technologie numérique en matière de communications (avec Internet), à la banque (avec les distributeurs automatiques de billets) et à d'autres industries de services, y compris la logistique. Tandis que les deux premières révolutions industrielles ont conduit au remplacement de la force physique par la force mécanique, la troisième révolution industrielle a informatisé le travail cérébral de l'homme de manière répétitive et routinière. Et l'informatisation a automatisé un grand nombre de postes, y compris les employés de bureau, les techniciens et les autres professionnels.

De quelle manière l'intelligence artificielle a-t-elle un impact sur l'emploi aujourd'hui ?

De nombreuses entreprises dans le monde entier utilisent déjà l'intelligence artificielle, pour devenir plus productives, plus efficaces et plus innovantes, en permettant aux machines de reproduire des tâches précédemment effectuées par des humains. C'est pourquoi l'intelligence artificielle risque de faire disparaître certains métiers, en particulier les professions les moins qualifiées qui comportent des tâches répétitives facilement automatisables. Au cours des années, l'intelligence artificielle a entraîné la suppression de nombreux emplois, mais elle en a aussi créé d'autres.
Le système robotique fait progresser la chirurgie

L'intelligence artificielle va-t-elle remplacer et prendre le contrôle des emplois ?

L'IA peut favoriser le travail et créer des emplois - alors pourquoi une entreprise voudrait-elle l'autoriser à devenir un suppresseur d'emplois ?Cette préoccupation a donné une mauvaise réputation à la technologie, car on craint de plus en plus que l'automatisation rende inutile l'intervention humaine. En réalité, les entreprises devraient s'appuyer sur l'IA et l'apprentissage machine pour améliorer leurs performances.

Bien que l'automatisation soit sans aucun doute un élément important de toute industrie, aujourd'hui et surtout demain, elle ne doit pas être mise en œuvre au détriment de l'expérience du client. Plutôt que de se fier à des robots qui tentent de tout gérer automatiquement, les clients seraient bien mieux servis par des entreprises qui trouvent un juste milieu entre l'homme et la machine.

On pourrait, par exemple, exploiter la technologie pour analyser automatiquement les appels téléphoniques, déterminer le ton (le client était-il satisfait ?). Ces informations pourraient être utiles pour former les agents actuels et futurs des centres d'appels afin qu'ils puissent mieux servir leurs clients et les orienter avec précision vers les services appropriés.

Doit-on s'inquiéter de ces évolutions technologiques ?

Aujourd'hui, de nombreux secteurs dans lesquels beaucoup de personnes sont employées "santé et médecine, électronique et informatique, finance et assurance" étaient pratiquement inexistants il y a près d'un siècle. De nombreux produits que nous utilisons dans notre vie quotidienne "véhicules sportifs, climatiseurs, ordinateurs et téléphones intelligents" étaient extrêmement coûteux, ou n'avaient même pas été inventés du tout.

L'abondance matérielle n'a jamais écarté la pénurie constatée. L'économiste Thorstein Veblen a déclaré : l'invention est la mère de la nécessité. Lorsque la nécessité se fera sentir, nous fabriquerons de nouveaux produits et il y aura des emplois. À mesure que l'automatisation libère notre temps, en élargissant les possibilités, et nous inventons de nouveaux produits.

Cela signifie-t-il qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter ? L'automatisation, l'intelligence artificielle, les machines, les robots et les emplois, tout cela va s'arranger tout seul ? Non. Il en résulte que certains des emplois disponibles aujourd'hui ne le seront plus à l'avenir. Mais il y aura de nouveaux emplois à l'avenir. Nous devons simplement acquérir de nouvelles compétences qui seront demandées pour rester pertinents sur le marché du travail.

Pour conclure

L'impact de l'intelligence artificielle sur l'avenir du travail doit être défini en termes de tâches, et non d'emplois automatisées. L'IA remplace certaines tâches, en complète d'autres tout en créant de nouvelles. La manière dont cette interaction complexe de substitution, de complémentarité et de la création consiste à regrouper des tâches dans des emplois existants ou nouveaux reste incertaine. Il faut donc prendre en considération les normes sociales et professionnelles au-delà de la faisabilité technologique.

Voir aussi : Le futur de la maintenance industrielle : la réalité virtuelle et la réalité augmentée

Voir d'autres articles interresants